Les insectes contre la faim : une conférence internationale pour avancer


Manger-des-insectesSi les sauterelles doivent sauver le monde de la faim il est temps d’avancer : pour la première fois une conférence internationale se réunit à Ede, aux Pays-Bas, en partenariat avec l’ONU sur la promesse « Des insectes pour nourrir l’humanité ».

Pour le Professeur Arnold Van Huis, entomologiste néerlandais de l’Institut de Wageningen (proche de Ede) organisateur de ces quatre jours de travaux inédits, la farine d’insectes n’est pas un fantasme ni une curiosité exotique, mais une source majeure de protéines qui pourra avantageusement alimenter les élevages de poulets, de porcs et de poissons.

Les insectes, c’est un message d’espoir » face au dérèglement climatique et à l’insécurité alimentaire.

Aussi se réjouit-il d’accueillir jusqu’à samedi plus de 450 chercheurs, universitaires, entrepreneurs privés, délégués d’organisations internationales et de gouvernements de plus de 45 pays, des Etats-Unis à la Chine ou l’Afrique du Sud, avec l‘Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation(FAO), qui a officiellement recommandé la consommation d’insectes dans un rapport en mai 2013. « Les insectes représentent une opportunité énorme et un gigantesque marché » juge le Pr Van Huis.

« La conférence va s’intéresser aussi bien à l’alimentation humaine qu’animale », précise-t-il, en admettant que beaucoup reste à faire pour autoriser la production à grande échelle et le commerce des insectes. « Il y a environ 2 000 espèces d’insectes qui peuvent être consommées mais on a parfois des règles démentes.

Une tonne de farines à base de mouches « black soldiers » coûte 1 000 dollars, contre 13 000 dollars la tonne de farine de poissons

Ces obstacles doivent être résolus », juge-t-il. La conférence qui attire des entreprises privées de tous les continents doit y réfléchir. L’Union européenne sera bien sûr représentée, mais c’est un responsable de l’Institut national de l’Alimentation au ministère américain de l’Agriculture, l’USDA, qui devait ouvrir les travaux mercredi. Wageningen, prestigieux et puissant institut de recherches agronomiques, est à la pointe du combat pour les insectes, certains parlent même de « lobby ».

Mais si le Pr Van Huis consomme « régulièrement » des insectes, confie-t-il, c’est surtout sous forme de farines pour l’élevage et l’aquaculture qu’il voit leur avenir. « Ca va déjà très vite. Pour la consommation humaine ça prendra peut-être 5 à 10 ans, mais c’est exponentiel » assure-t-il.

Il y a environ 2 000 espèces d’insectes qui peuvent être consommées

Dans les fermes déjà existantes, précise-t-il, une tonne de farines à base de mouches « black soldiers » coûte 1 000 dollars, contre 13 000 dollars la tonne de farine de poissons.

Joint à son tour, Paul Vantomne, responsable du programme sur les insectes à la FAO renchérit : plutôt que de donner des céréales et du soja aux animaux qui rentrent en compétition avec les humains sur ces cultures, mieux vaut leur donner des mouches. « Dans 30 ans, nous serons 9 milliards d’humains. Et la consommation de viande augmente », souligne-t-il.

Un tartare aux fourmis au Noma le « meilleur restaurant au monde »

Pour nourrir ses élevages la Chine est devenue le premier importateur de soja : « Or trois pays seulement assurent 90% des exportations mondiales (Etats-Unis, Argentine, Brésil).

Même pour le pétrole on a davantage de sources d’approvisionnement », remarque-t-il. Quant aux 12 millions de tonnes de poissons ponctionnés chaque année dans les océans pour nourrir les élevages, ce n’est déjà plus tenable, ajoute-t-il encore.

Il est urgent de diversifier !

De plus, « les insectes peuvent aussi nous débarrasser de nos rejets organiques: le lisier des cochons ou les salades périmées des supermarchés pourront servir de substrat pour élever des insectes qui vont recycler les éléments nutritifs pour fabriquer des protéines ». Une économie circulaire bonne pour la planète et bonne pour le consommateur : « Après tout, les poules et les poissons mangent déjà des insectes dans la nature ».

manger_des_insectes_une_alternative_écologique_et_nutritionnelle-2 (1)

Pour Paul Vantomme, enthousiaste à la veille de la conférence d’Ede, « les insectes c’est un message d’espoir » face au dérèglement climatique et à l’insécurité alimentaire. D’ailleurs, note-t-il, les grandes entreprises qui affluent vers Ede ne s’y trompent pas : « Elles vont se diversifier parce qu’elles veulent gagner de l’argent », remarque-t-il.

A ceux qui auront fait le déplacement, le Pr Van Huis fait miroiter une dégustation organisée par le « Food Lab » associé au Noma, le restaurant de Copenhague qui vient pour la 4e fois d’être sacré « le meilleur du monde » et propose à ses clients un tartare de boeuf aux fourmis. Aujourd’hui au Noma, demain dans les fast-food, jure-t-il.

Source: http://www.midilibre.fr/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s