Disparition d’éléphants en Afrique : la France pointée du doigt par des associations


Trente-sept associations européennes, africaines, américaines et asiatiques de défense des animaux ont adressé un courrier commun à la ministre française de l’Ecologie, Ségolène Royal, dans lequel elles pointent du doigt la multiplication des ventes dans les salles d’enchères et sur Internet d’ivoire post-colonial, malgré leur interdiction pour des défenses acquises après 1976.

Les associations craignent que ne soient détournés des certificats émis par les autorités légales françaises pour le commerce de défenses illégales. Selon Charlotte Nithart de l’association Robin des bois, au moins 118 défenses entières ont été mises aux enchères en France, au cours du dernier trimestre 2014.

Un risque existe que des défenses provenant d’animaux braconnés obtiennent des certificats et soient ainsi blanchies. L’association Robin des bois affirme que des faux certificats français sont en circulation, et pointe du doigt la Chine en tant que principal importateur. Un kilogramme d’ivoire d’éléphant revient à 1500 dollars.

Pour les Ong, en laissant se développer sur son territoire et en alimentant le commerce international d’ivoire brut, la France se rend complice de la disparition des éléphants. Elles exigent l’interdiction totale de leur commercialisation et leur exportation totale « brute ou débité ». les pays tels que la Grande-Bretagne, la Suède et l’Allemagne se sont déjà engagées dans cette voie, rappellent les ONG, exigeant que la France aligne ses règles « sur la législation la plus avancée ».

L’inquiétude proviendrait de la multiplication des ventes légales d’ivoire en France, à cause d’un taux très élevé de délivrance des permis d’exportation en 2013, pour 116 défenses d’éléphant d’Afrique, soit une quantité jamais atteinte depuis 1990.

Parallèlement, la population d’éléphants d’Afrique a diminué d’environ 70 % entre 1985 et 2010 et 35.000 à 40.000 éléphants sont braconnés chaque année. Certains misent sur leur disparition et spéculent sur l’ivoire comme d’autres spéculent sur l’or et les diamants, relève Charlotte Nithart.

Noël Ndong

Source: http://www.adiac-congo.com

Une réflexion sur “Disparition d’éléphants en Afrique : la France pointée du doigt par des associations

  1. Ping: 13 February, 2015 10:22 | raimanet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s